Les monnaies de lien

Panel d'administration

Mettre l'économie et l'argent au service de la planète

Les monnaies de lien

 

Nous parlons ici de monnaies complémentaires qui s'adressent en général à des réseaux de personnes individuelles et dont la dimension première est de créer du lien social au travers de l'échange.

Nous vous présentons ici 3 expériences.

 

Le S.E.L. - Système d'Échange Local

Qui est le système le plus connu en France, où il est bien représenté avec plusieurs centaines de groupes.

 

C'est en 1983, à l'initiative de Michael Linton que les LETS (local exchange trading system) ont vus le jour dans l'ile de Vancouver au Canada. Après l'Angleterre et l'Australie, ils sont arrivés en France où ils ont été rebaptisés SEL (Système d'échanges Locaux).

 

Les participants échangent biens et services, mais surtout des services, dans une unité de compte qu'il n'est pas nécessaire de posséder à priori. C'est la réalisation de l'échange qui « crée » la monnaie. La vraie richesse est dans le bien ou le service et dans la qualité de la relation. C’est un argent dont la provenance est basée sur l’égalitarisme de l’offreur et du demandeur, il décourage l’accumulation et encourage la coopération parmi ses usagers. Cette monnaie n’est qu’un outil d’échange qui permet d’éviter les contraintes liées au troc, il n’a ni valeur d’épargne, ni valeur spéculative.

 

Le compte de l'offreur est crédité du nombre de « grains de SEL » qui aura été convenu, la même somme sera débitée du compte du receveur. Préalablement, bien sûr, le groupe aura défini ce que représente un grain de SEL (une unité de la monnaie nationale par exemple, mais le plus souvent un grain de SEL = une unité de temps par exemple 1 minute ou 5 …) Ensuite est établi un inventaire des offres disponibles au sein de la communauté pour permettre aux membres de savoir qui fait quoi et qui offre quoi. Les échanges se font de gré à gré, un coupon à trois volets est alors établi dont un est conservé par l'offreur, l'autre par le demandeur, le troisième est remis au bureau de l'association qui tient les comptes de tous les membres.

 

Il est important de noter que, puisqu'il n'est pas nécessaire de détenir des grains de SEL à priori sur son compte pour avoir accès à un bien ou un service offert dans le réseau, le grain de SEL ne traduit pas un niveau de richesse personnel, mais met en lumière la richesse collective disponible et échangée.
La monnaie SEL : n'est pas richesse en soi, sa possession n'est pas non plus une finalité, elle n'est qu'un indicateur de la valeur de la richesse collective existante et échangée dans le réseau.

 

Pour avoir toute information sur le SEL : http://www.selidaire.org/spip/spip.php?article230

 

Le J.E.U. - Jardin d'Échange Universel

Est une variante du SEL, sans centralisation des comptes.

 

Il se caractérise par 2 points essentiels :

Comptabilité individuelle, l'accès à l'échange libre et inconditionnel.

Il n'y a pas d'adhésion. Il ne paraît pas juste à Daniel, l'initiateur du JEU, de vendre à quelqu'un ce qu'il possède déjà par nature, à savoir l'ensemble des aptitudes qui nous permettent de nous rencontrer, de nous mettre d'accord et donc d'échanger. Nous sommes déjà tous des partenaires du JEU, sans le savoir.

 

Pour lire la suite et avoir toute information : http://jeu.vingrau.free.fr/cest_quoi.htm

Vous pouvez aussi découvrir le JEU en vidéo : http://www.dailymotion.com/video/x18ftq4

 

L'Accorderie

Née en 2002 au Québec, l’Accorderie est un concept solidaire qui vise à lutter contre la pauvreté et l’exclusion et à favoriser la mixité sociale.

 

Il repose sur un principe simple et original : proposer aux habitants d’un même quartier de se regrouper pour échanger entre eux des services, sur la base de leurs savoir-faire et ce sans aucune contrepartie financière.

 

Concrètement, un membre (Accordeur) qui effectue, par exemple, une heure de dépannage informatique se voit attribuer un crédit de temps qu’il peut ensuite utiliser comme bon lui semble pour obtenir l’un des services proposés par d’autres Accordeurs de son quartier.

Pour lire la suite et obtenir toute information :  http://www.accorderie.fr/historique